Un partenariat robuste et long terme Un groupe, une mission

logos des partenaires du SOLTC

Le système d'Observation Littoral/ Trait de côte [SO LTC] représente un groupement de laboratoires de recherche et d'organismes publics de gestion du littoral. Les partenaires du SO LTC sont impliqués dans la recherche fondamentale et appliquée sur l'hydro-morphodynamique littorale, l'ingénierie littorale, le risque littoral, les techniques de protection et d'aménagement. Le SO LTC combine les intérêts et les missions des scientifiques et des gestionnaires du littoral autour des thèmes suivants :

  • Développer les connaissances théoriques sur la dynamique du système littoral par la mesure in-situ et la modélisation ;
  • Développer à l'échelle régionale (l'arc latin), nationale (les trois façades maritimes) et européenne, les collaborations entre les structures de recherche et la société civile, sur les thèmes de la dynamique littorale, le risque littoral et les problèmes d'aménagement littoral ;
  • Gérer un parc d'équipements pour la mesure hydro-morphodynamique en zone littorale, et développer de nouvellestechnologies et de nouveaux protocoles de mesure ;
  • Assurer un stockage pérenne des données et maintenir une continuité dans la mesure sur les littoraux Méditerranéen en particulier. Les partenaires ont constaté que le manque de mesure in-situ est le point faible de la plupart des initiatives, aussi bien en recherche académique qu'en aménagement littoral.
  • Travailler au rapprochement entre mesure, modélisation et approche conceptuelle sur les questions de dynamique littorale.

Le partenariat SO LTC a été construit avec un objectif de pérénité long terme. En effet, par le passé, nous avons constaté que très peu d'institutions publiques ou privées sont capables d'assurer le stockage et la diffusion de données littorales sur de très longues périodes, et d'assumer le financement de ces mesures sur ces mêmes périodes de temps. L'exception sont les DREAL, directement mandatées par l'état, et dont les missions de gestion du littoral les ont amenées à financer des opérations de suivis hydrodynamiques et morphodynamiques long-terme. D'un autre coté, l'Institut National des Sciences de l'Univers (INSU, un département du CNRS) promeut la notion d'OSU (Observatoire des Sciences de l'Univers). Par définition, un OSU est une entité dont l'objectif est l'acquisition et l'archivage de données scientifiques. Enfin, pour assurer un transfert rapide des travaux de recherche vers la société civile, il est important de travailler en accord avec les collectivités territoriales, en particulier la région Languedoc-Roussillon pour ce qui concerne l'échelle de travail Golfe du Lion.

Nous avons construit un partenariat autour d'un duo combinant un organisme mandaté par l'état (la DREAL Languedoc-Roussillon) et un observatoire environnemental (l'OSU OREME). Le SO LTC travaille sous la tutelle directe des organismes fondateurs de l'OSU OREME: Université Montpellier 2, le CNRS (INSU et INEE) et l'IRD. Le SO LTC travaille également en partenariat avec la région LR. Autour du binôme OREME/ DREAL, et grâce au groupe de recherche GLADYS, nous avons par ailleurs regroupé une quinzaine de chercheurs proposant différentes approches de la dynamique littorale, c'est à dire une bonne partie des littoralistes d'une zone Grand Sud de France.

La recherche académique au sein du SO-LTC Un partenariat de laboratoires

Les laboratoires de recherche partenaires du SO LTC sont les suivants :

  • Géosciences-Montpellier [GM] : le laboratoire GM (Université de Montpellier/ CNRS; UMR 5243) présente une activité sur la dynamique littorale relativement diversifiée, allant de l'analyse des relations entre climat et dynamique littorale et lagunaire, à la modélisation des processus couplés houle/ courant, et en passant par l'étude de la morphodynamique de la plage sous l'action des tempêtes. L'activité littoral est implantée au sein d'une équipe appelée "Risques", pour rappeler notamment le rôle prépondérant de la recherche scientifique dans l'amélioration du calcul des aléas.
  • Institut de Mathématiques et modélisation de Montpellier [I3M] : l'I3M (Université de Montpellier/ CNRS; UMR 5149) regroupe l'ensemble de la recherche mathématique sur Montpellier. Ce laboratoire participe à la recherche sur la dynamique littorale au travers de plusieurs thématiques dont: a) l'optimisation de forme des ouvrages de protection du littoral, b) le développement de schémas et de codes numériques pour la propagation des vagues et les déplacements d'eau ; c) le développement de codes numériques rendant compte des transformations morphologiques du fond marin sous l'action des vagues et courants; d) l'analyse statistiques de processus littoraux.
  • Centre d'Etude, de Formation et de Recherche sur l'Environnement Marin [CEFREM] : le laboratoire (Université de Perpignan/ CNRS UMR 5110) a une longue tradition d'étude du milieu marin, et héberge un groupe travaillant sur la tranche littorale sensu-stricto. L'étude de la dynamique littorale se fait au travers de l'imagerie géophysique et la mesure à différentes échelles de temps. Les questions traités sont multiples, dont la dynamique des barres d'avant-côte, la dynamique du trait de côte, l'impact des vagues sur les aménagements littoraux.
  • Laboratoire Charles Coulomb [L2C] : le laboratoire Charles Coulomb (Université de Montpellier/ CNRS; UMR 5221) participe à l'activité du SO LTC au travers de deux axes essentiellement: a) le développement de formalismes mathématiques/ physiques traitant de la propagation des vagues à la côte; b) le développement de formalismes décrivant la dynamique du trait de côte, en particulier la dynamique de morphologies côtières telles que les flèches sableuses. Ces axes sont développés dans le département de physique théorique, et l'équipe systèmes complexes et phénomènes non linéaires.
  • Centre Européen de Recherche et d'Enseignement ds Géosciences de l'Environnement [CEREGE] : le laboratoire (Université Aix-MArseille/ CNRS/ IRD et Collège de France; UMR 7330) héberge une équipe dédiée à la géomorphologie et la tectonique, avec un axe de recherche dynamique fluviale et littorale. L'activité du laboratoire dans ce domaine repose sur une expertise en géomorphologie des milieux littoraux, avec une approche fortement influencées par les sciences humaines, ainsi que sur la mesure hydro-morphodynamique in-situ. La dynamique du trait de côte à toutes les échelles de temps, l'édification des cordons dunaires sont des sujets de recherche centraux.
  • Mediterranean Institute of Oceanography [MIO] : le laboratoire (Université Aix-Marseille, CNRS et IRD; UMR XXXX) est un pôle d'océanologie spécialisé dans l'observation du milieu marin (océan ouvert, interfaces continent-océan et atmosphère-océan). Il héberge notamment des chercheurs (anciennement LSEET) spécialisés sur l'étude des processus hydrodynamiques à la côte, l'interaction vague/ sédiment et la propagation des ondes/ vagues en contexte côtier.
  • Laboratoire des Ecoulements Géophysiques et Industriels [LEGI] : le laboratoire (Université Joseph Fourier/ CNRS; UMR 5519) a un axe de recherche dynamique des fluides géophysiques dans lequel on trouve une activité de recherche dédiée à la propagation des vagues à la côte et leur interaction avec le sédiment. L'étude de la dynamique littorale combine déploiement in-situ, expérimentation physique (en canal et bassin) et modélisation numérique.
  • Archéologie des Sociétés Méditerranéennes [ASM] : le laboratoire (UMR 5140) est entièrement dédié à l'étude des sociétés de la Méditerranée, de la Préhistoire au Moyen Age. Certains travaux sont connectés à l'analyse de la dynamique littorale à l'échelle historique, grâce aux témoignages laissés par l'homme dans les archives textuelles et grâce aux traces laissées par l'homme sur le terrain.
Logo des laboratoires partenaires

L'état au sein du SO LTC Une représentation de l'état pour une mission vers les usagers du littoral

Texte à venir

Le mot du responsable du SO LTC

Frédéric Bouchette

Frédéric Bouchette Maître de conférence à l'Université Montpellier 2

Texte à venir